Archives du mot-clé surf

Weather’n’ride: « l’écosurf », c’est possible?

Après avoir affronté les vagues en backside, posons notre planche un moment et faisons face au beachbreak. Un surf dans nos pensées ne nous fera aucun mal, n’est ce pas ?

La grande question est: que ferions nous si un jour tout venait à disparaître ou alors si les mers ont trop débordé et que les vagues sont trop puissantes et dangereuses ? : deux explications : le réchauffement climatique et la fonte des glaces (fonte de la banquise).

A l’heure où les climatologues, les océanographes et les écologistes tirent la sonnette d’alarme. Weather’n’ride et les surfeurs peuvent bien apporter leur contribution car cet élément naturel qui permet de vivre des passions, a besoin d’être préservé.

 

Le surf un sport « vert », mais…

C’est une idée qui est restée dans les esprits puisque les premières planches de surf étaient en bois (séquoia, arbre à pain…) et pouvaient peser jusqu’à 50 kg. La tenue était rudimentaire (short, maillot de bain) et même certains surfeurs étaient presque nus, c’est d’ailleurs la raison de son interdiction à Hawaï durant le XIX siècle,par les missionnaires car considéré comme acte de dépravation.

De plus il va de soit que la mer est le seul endroit où se pratique ce sport donc nul besoin de raser des espaces verts pour construire des stades ou des pistes.

Aussi beaucoup de surfeurs s’impliquent dans des actions visant à préserver les plages : nettoyages, création d’associations engagées, des blogs et sites qui sensibilisent de plus en plus sur la protection de l’environnement..

Cependant la passion a un prix si on fait un listing de tous les agents chimiques qui entrent dans la fabrication de tout un attirail. A savoir :

  • polyuréthane, résine, fibre de verre, solvants chimiques type acétone pour fabriquer les longboards, les shortboards, hybrides, guns, fish, mini-malibu
  • néoprène pour les combinaisons, tops, cagoules, gants, chaussons, ce produit est aussi certifié 100% non recyclable et dérivé du pétrole
  • le pétrole composant majeur de la wax, ainsi que la paraffine
  • la crème solaire qui a un effet dévastateur sur les fonds marins, sur le corail notamment.

Il ne faut pas oublier que ces produits sont en contact permanent avec la peau donc en plus des allergies cela pourrait avoir des effets à long terme. A cela il faudrait ajouter les déplacements répétés des surfeurs ce qui encourage l’utilisation de l’essence et du kérosène, dont la nuisibilité n’est plus à démontrer.

En gros le verdict est sans appel : un wipe-out!

 

« L’écosurf » c’est bien possible :

Certaines marques et shops ont compris le concept en créant des produits recyclables ou « ecofriendly », d’autres parlent même de greenwashing pour montrer leur engagement. Ces produits sont certes onéreux mais si cela peut permettre de limiter les dégâts c’est déjà un grand pas franchi.

On pourrait aussi faire réparer son matérAiel autant que faire se pourra au lieu de s’en débarrasser à la moindre occasion.

D’aucuns choisiront de s’aventurer en eaux plus chaudes et ainsi surfer en short ou en maillot de bain et donc bannir les combinaisons.

En définitive il s’agit avant tout d’être conscient des dangers et d’en parler autour de soi.

Aloha

 

Quelques marques « ecofriendly »:

Notox qui propose divers produits, essentiellement des planches

Bio-Wax  faite de cire d’abeille et de résine de pin des Landes

EVOA gamme de crèmes solaires écocompatibles